06 février 2005

Loi " d'assouplissement" des 35 heures : Nouvelle remise en cause d'un acquis social.

Envoyer cette lettre au Ministre de l'emploi et de la Cohésion sociale : Ministère de l'emploi et de la cohésion sociale 75000 Paris.

Objet : Demande de l'annulation du projet de loi sur l'assouplissement des 35 heures.

Monsieur le Ministre,

Jeudi 3 Janvier 2005, plus de 500.000 personnes ont manifesté dans les rues de France pour protester contre votre projet d'"assouplissement" des 35 heures et pour défendre leurs acquis sociaux constamment remis en cause par votre gouvernement. Monsieur le Ministre ce fort mouvement populaire doit être entendu par la classe politique et non rejeté ou pire encore ignoré. 

Votre récent projet de loi prétend donner aux salariés du secteur privé la possibilité de travailler plus pour être payer plus. Si ce projet de loi s'arrêtait à ce principe, je ne saurais emettre une critique. Cependant monsieur le Ministre, faire croire aux salariés du secteur privé, qui reçoivent régulièrement des menaces de licenciement, qu'ils auront le "choix" de travailler plus constitue un mensonge grave. Vous savez pertinemment monsieur le Ministre que la cruelle loi de la compétitivité n'hésitera pas à privilégier les salariés qui travaillent plus et à exclure ceux désirant rester à 35 heures.

Quoi que votre majorité parlementaire puisse en dire, la loi sur les 35 heures représente pour une grande majorité des français une avancée sociale certaine et un moyen efficace de lutte contre le chômage. 

Je note que cette méfiance de la droite française envers la réduction du temps de travail n'est pas uniquement morale mais également historique car elle remonte notamment au Front populaire avec sa réforme des 40 heures. Monsieur le Ministre ne serait-ce pas le moment de rompre avec ce passé et d'admettre enfin les vertues politiques et humaines de la réduction du temps de travail ?

Je vous demande donc, monsieur le Ministre, de retirer ce projet de loi, qui constituerait une atteinte au mode de vie des salariés qui seraient peu à peu obligés de travailler plus sous menace patronale.

Soyez convaincu, monsieur le Ministre, de ma détermination.          

Posté par jaccuse à 15:13 - Permalien [#]